• 21 février 2024 19h08

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

Augmentation irrationnelle des frais de scolarité dans les établissements privés laïcs : Le ministre Kokoroko réagit

ByAristo

Sep 3, 2023

Dans notre parution N°1114 du lundi 21 août 2023, nous écrivions « Augmentation des frais de scolarité dans les écoles privées, Gare aux classes bondées dans l’école publique ».Dans cet article, nous pointions du doigt l’augmentation exagérée annoncée des frais de scolarité dans certains établissements privés laïcs du Togo pour le compte de la prochaine rentrée scolaire 2023-2024.


« Un sale temps s’annonce par voie de conséquence pour nombre de parents qui, faute de pouvoir trouver l’argent nécessaire à la scolarisation de leurs progénitures dans le privé, vont se rabattre sur ce qu’ils n’ont jamais désiré jusqu’ici : l’école publique. Résultat des courses : une migration synonyme d’effectifs surnuméraires dans une école publique déjà bondée et qui peine à trouver la meilleure formule face à l’interminable équation du nombre pléthorique des apprenants dont le nombre ne cesse de monter en flèche chaque année », alertions-nous avant d’inviter le gouvernement à s’y impliquer.


Bien évidemment, la réaction ne s’est pas fait attendre. Une réunion de concertation et d’engagement pour une école contributrice à la qualité de l’enseignement et de la formation s’est tenue mardi 22 août 2023 au Cabinet du ministère des Enseignements Primaire, Secondaire, Technique et de l’Artisanat avec les représentants des associations de promoteurs d’établissements privés (UFEPLA et APEPLT) et des représentants de l’Union Togolaise des Associations des Parents d’Elèves (UTAPE). L’objectif de cette rencontre selon le ministère , était de discuter des défis de l’année scolaire 2023-2024 dont la rentrée est fixée au 18 septembre 2023, notamment la fermeture de certains établissements scolaires privés(132) pour le compte de l’année 2023-2024 et l’augmentation irrationnelle des frais de scolarité dans certains établissements privés laïcs. Plusieurs mesures ont été prises dans le but d’amener les parents d’élèves à être vigilants et davantage informés sur les établissements non autorisés à ouvrir leurs portes à partir de la rentrée prochaine. Par ailleurs, les promoteurs ont promis s’engager dans une démarche d’harmonisation et de plafonnement des frais scolaires en fonction des zones pédagogiques, afin d’éviter la surenchère et soulager les parents d’élèves, indique-t-on.


Cette démarche mérite d’être soulignée de plusieurs traits face à la chienlit en perspectives. Il importe que le ministre Dodji Kokoroko veille davantage et jusqu’au bout pour couper court à l’appétit vorace de certains fondateurs d’école opportunistes.


Source : Journal « Le Correcteur »

By Aristo