• 22 juillet 2024 21h25

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

Clément ADJAN hué par les populations dans le Yoto

ByAristo

Juil 9, 2024

‹‹ On tue un homme, on est un assassin, on tue des centaines d’hommes, on est un Héros, on en tue des millions on devient un dieu ›› . Cette assertion datant de l’époque gréco-latine se vérifie encore de nos jours dans notre petit rectangle de 56.600 km2.

L’impunité, érigée en mode de gouvernement et en norme sociale dans notre pays,  couvre les derives d’un certain nombre de citoyens dont les comportements et agissements peu orthodoxes et non recommandables n’ont jamais eu droit de citer devant les juridictions. Les gros morceaux passent facilement entre les mailles du filet alors que les tout petits payent de lourdes tribu pour des affaires relevant du droit commun .

Le Samedi 29 Juin 2024, lors des obsèques de feu AGBENLUVI Julien, son ami d’enfance le Sieur Clément ADJAN a reçu la monnaie de sa pièce pour mauvais comportements, abus de pouvoir, appropriation des biens d’autrui, violence sur ses concitoyens et pire encore des violences sexuelles et séquestration sur les femmes. Les plus grandes victimes sont les jeunes dames et filles à la recherche d’une vie facile et encore mieux d’une meilleure vie. Ce genre d’agissements moyenâgeux font encore cours dans notre pré carré où les plus nantis jouissent d’une liberté sans condition alors que des innocents croupissent sans jugement dans les géoles.
Hué, insulté et tabassé par les populations désabusées, frustrées et laissées pour compte, le Sieur Clément ADJAN comme c’est de lui qu’il s’agit, celui qui était passé du statut de bourreau à celui de victime n’a eu la vie sauve que grâce à certains passants qui se sont interposé afin de lui éviter le pire. Il serait pris en charge dans une clinique de la place.


Pour rappel, Clément ADJAN s’est impliqué dans les affaires de terrains et de propriétés privés appartenant â certaines collectivités dans le YOTO. Aussi, lui reproche t-on son abus d’autorité dans les conflits inter-familiaux qui, parfois débauchent sur des exactions, des casses et du vandalisme. En 2019, quand l’affaire de Madame Anne AGBETOSSOU a fait jour, en ce qui est de l’acte de violence sexuelle perpétré sur sa personne par Clément ADJAN, cette dernière a payé le prix fort de sa dénonciation par son séjour carcéral de 4 mois à la prison civile de Tsévié avant d’être relâchée. Elle se donnera la mort quelques jours plus tard à Tado dans son village natal. Beaucoup de filles et femmes, victimes d’agressions sexuelles orchestrées par Clément ADJAN, n’osent nullement point parler, de peur des représailles.

Nous ne passerons pas sous silence le cas de dame Yawa DOGBEVI, qui a été victime d’agression sexuelle de la part de son beau-père, qui n’est autre que Clément ADJAN. Son courage pour quitter la maison familiale et trouver refuge chez une amie en dit long sur les défis auxquels elle a dû faire face.

La situation s’est encore aggravée avec l’arrestation arbitraire de son fiancé, un membre du PNP, sans motif valable. Actuellement détenu à la prison civile de Lomé, le sieur Yaovi Leglo est pris au cœur d’une lutte politique où les individus influents du régime en place agissent pour écraser toute voix dissidente, mettant ainsi en danger la vie de nombreux citoyens togolais sans considération pour les droits de l’homme. La presse et les hommes de médias en font cas aujourd’hui suite aux incidents de juin 2024. Sinon, qui osera en parler ? Notre silence coupable est synonyme de cupidité et de compromission à  notre déontologie.

L’affaire de Mlle Yawa DOGBEVI et de son fiancé du PNP illustre la vulnérabilité des citoyens face aux abus de pouvoir et à l’injustice politique qui sévissent dans le pays. Il est crucial que la communauté internationale reste vigilante et exige le respect des droits fondamentaux de tous les individus, en particulier de ceux qui osent dénoncer les injustices et lutter pour un changement positif. Des voix aujourd’hui s’élèvent pour dénoncer l’impunité qui règne dans notre pays. Il est facile d’empoisonner de paisibles innocents sous des arguments fallacieux et montés de toutes pièces.

Dans un contexte où la sécurité et la liberté des citoyens sont menacées, il est impératif que des actions concrètes soient entreprises pour garantir la protection de Mlle Yawa DOGBEVI, de son fiancé qui, aujourd’hui réclament justice et de tous ceux qui risquent leur vie pour un Togo plus juste et démocratique.

La communauté doit prendre conscience des agissements de Clément ADJAN et exercer une pression pour que justice soit rendue. Il est impératif de s’opposer à toute forme d’impunité, surtout lorsqu’elle est alimentée par des influences politiques et économiques.

Seul un engagement collectif peut contribuer à mettre fin aux abus de pouvoir de personnes telles que Clément ADJAN, et à assurer la protection des plus vulnérables au sein de la société.

La rédaction

By Aristo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *