• 22 juillet 2024 21h35

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

La situation des exilés politiques se complique : Le cas de SOHOIN ELI AGOSSA et sa famille au pays

ByAristo

Juin 23, 2024

Il est de notoriété publique que l’opposition au régime RPT/UNIR et la dénonciation de la mauvaise gouvernance représentent un défi majeur pour de nombreux Togolais depuis des générations.

C’est dans ce contexte que le jeune jumeau SOHOIN ELI AGOSSA a pris position en faveur du Parti National Panafricain (PNP), un parti politique togolais fondé par Tikpi Salifou Atchadam le 19 avril 2014. Le PNP a pour objectif de promouvoir la démocratie, la bonne gouvernance, l’alternance, ainsi que le respect des valeurs républicaines à travers l’exercice du pouvoir par le vote universel.

Malheureusement, le simple fait d’adhérer à un parti tel que le PNP, qui dérange le régime en place, a conduit le jeune jumeau SOHOIN ELI AGOSSA à quitter précipitamment le pays pour se mettre à l’abri. Suite à son départ en exil, son frère jumeau SOHOIN EDEM AGOSSOU a été arrêté et sa chambre saccagée. Les parents, déjà contraints de quitter le Togo pour le Bénin en raison des menaces et des pressions exercées sur la mère, ont également été affectés, avec les activités de la mère bloquées et son compte bancaire gelé.

Cette triste réalité met en lumière le rôle répressif du régime RPT/UNIR envers les jeunes qui s’engagent pour la libération et l’alternance politique au Togo. De nombreux citoyens, souvent contraints à l’exil pour leur sécurité, subissent des représailles injustes, allant de l’intimidation à l’arrestation arbitraire. Ces actes témoignent de la volonté du régime en place de museler toute forme d’opposition et de dissidence, réprimant ainsi toute voix discordante en quête de changement démocratique et de respect des droits fondamentaux.

La situation politique au Togo soulève des préoccupations profondes concernant les restrictions imposées aux opposants du régime en place. Le récit du jeune jumeau SOHOIN ELI AGOSSA et des membres de sa famille met en lumière les conséquences dévastatrices subies par ceux qui osent exprimer leur désaccord avec le gouvernement et militer pour une gouvernance plus juste.

Dans ce cas précis, le départ forcé de SOHOIN ELI AGOSSA et les événements qui ont suivi, notamment l’arrestation de son frère et le départ de ses parents, mettent en lumière la répression exercée par le régime RPT/UNIR à l’encontre de ceux qui osent remettre en question son autorité.

Cette persécution systématique des jeunes engagés pour la libération et l’alternance politique au Togo soulève des inquiétudes quant à la liberté d’expression et à la démocratie dans le pays. Il est impératif que la communauté internationale reste vigilante face à de telles violations des droits de l’homme et œuvre pour garantir la sécurité et la protection des militants politiques et de leurs familles.

Le cas de SOHOIN ELI AGOSSA et de sa famille doit servir de rappel poignant des défis auxquels sont confrontés ceux qui luttent pour un Togo plus juste et démocratique. Il est essentiel de mettre en lumière le rôle répressif du régime en place et de soutenir les voix courageuses qui continuent à se battre pour la liberté et la justice dans leur pays.

La famille SOHOIN est loin d’être libre sur la terre de nos aïeux

Le cas tragique du jeune jumeau SOHOIN ELI AGOSSA, contraint à l’exil loin de sa famille et de son pays en raison de la persécution continue du régime RPT/UNIR, soulève une fois de plus des questions sur la véritable nature de la dictature et du manque de démocratie persistant au Togo. Malgré le changement de la 4ème République à la 5ème République, les pratiques autoritaires du régime semblent perdurer, ciblant impitoyablement toute voix dissidente qui ose s’élever contre l’oppression.

L’intervention du jeune jumeau SOHOIN ELI AGOSSA sur l’actualité sociopolitique du pays à travers un enregistrement audio a apparemment déclenché une nouvelle vague de répression à l’encontre de sa famille. Ces représailles ne font que mettre en lumière l’empreinte brutale de la dictature qui règne au Togo, où la liberté d’expression est violemment réprimée et où toute critique du gouvernement est étouffée dans l’œuf.

Le régime RPT/UNIR semble persister dans sa volonté de maintenir son emprise sur le pays en usant de la force et de l’intimidation pour faire taire toute opposition. Les notions fondamentales de démocratie, de respect des droits de l’homme et de l’État de droit sont continuellement bafouées au nom du maintien du pouvoir en place.

Il est urgent que la communauté internationale prenne conscience de la situation au Togo et exerce des pressions sur le régime en place pour mettre fin à ces violations systématiques des droits fondamentaux. Le cas du jeune jumeau SOHOIN ELI AGOSSA et de sa famille ne doit pas être ignoré, mais plutôt servi comme un rappel poignant de la nécessité de lutter contre l’oppression et de promouvoir la démocratie et les libertés fondamentales pour tous les citoyens togolais.

La rédaction

By Aristo