• 22 juillet 2024 15h19

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

Pourquoi il faut (re)passer au peigne fin le secteur des microfinances

ByAristo

Juil 11, 2023

On se croyait à l’abri de la subite disparition qui a souvent rythmé l’existence de certaines microfinances.

On s’était dit qu’avec le retrait d’agrément à huit structures de microfinances par le ministère de l’Economie et des finances en octobre 2019, les épargnants n’auraient plus à s’inquiéter à l’idée de faire garder leurs économies. On s’est lourdement trompés, car il existe encore de ces indélicates qui échappent à la vigilance de l’autorité.

C’est bien le cas de la microfinance Action Régionales pour le Développement Intégré (ARDI) située à Adidogomé Madiba (sud-ouest de Lomé), qui a plongé dans les eaux du désespoir ses adhérents qui ne savent plus à quel saint se vouer. Au centre de toutes les attentions, on trouve Atsitsogbe Kafui, la Responsable d’ARDI dont le confrère AfreePress a affirmé qu’elle aurait démissionné de son poste, elle qui n’a pas dans un premier temps voulu répondre aux questions du confrère. Elle encore à qui il est reproché la mauvaise gestion de l’entreprise sur fond de licenciements abusifs d’employés et de démissions dues à la non-déclaration à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

Un classique qui revient la plupart du temps dans l’historique de ces microfinances à problèmes. Sur quoi vont déboucher les plaintes des adhérents auprès des autorités compétentes, grand clerc qui le dira. La seule certitude est que cette fuite de ses responsabilités qui revient de temps à autre prouve que malgré la volonté du ministère de l’Economie et des Finances de nettoyer les écuries d’Augias, il reste encore beaucoup à faire.

Faire un inventaire circonstancié de ces microfinances qui circulent sans être forcément connues des autorités serait déjà un début de solution à ce problème.

Source : Journal « Le Correcteur »

By Aristo