• 21 avril 2024 22h46

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

Togo/Cinéma : « Amégbonovi », un film made in Togo pou dire non aux violences faites aux femmes

ByAristo

Juil 29, 2022

Le 7ème art a déposé sa valise dans la commune du Golfe 6.
La structure de réalisation cinématographique Emerod Production a dévoilé au grand public de la Commune du Golfe 6 son premier film baptisé « Amegbonovi » le dimanche 24 juillet dernier aux pieds du monument de Baguida en présence d’éminentes personnalités locales et traditionnelles.


À travers ce film, le jeune réalisateur aux talents cachés appelle les femmes et les jeunes filles à une prise de conscience et à la vigilance afin de dire non aux violences sous toutes ses formes dans les ménages.
Le mot Amégbonovi qui selon le réalisateur veut nommer une domestique va au-delà du sens premier car toute femme placé sous le joug de la violence est considérée comme une domestique.
Réalisé avec la complicité du groupe cinématographique « Dieu de Luxe » de la Commune Golfe 6, le fim Amégbonovi a été officiellement lancé par le Directeur du Cabinet de la Mairie de Baguida, représentant le Maire Koffi DAGBOVIE.


Ce film de 76 minutes relate la méchanceté d’un oncle paternel envers ses nièces orphelins de père et de mère et la mésaventure de la fille aînée qui a pris son bâton de pélerin pour aller chercher du travail en ville afin de subvenir aux besoins de ses petites sœurs.


Plusieurs fois enceinte de leur oncle paternel et du mari de la patronne chez qui cette jeune fille a été engagée comme domestique, Dagan ne sera sauvé des violences grâce au commissaire de la ville suite à sa plainte. C’est ainsi que le commissaire arrêtera l’oncle, le patron chez qui elle est employée et sa femme.


« Le cinéma n’est pas pour moi une métier mais un appel divin » a annoncé le jeune réalisateur togolais Edem Kodjo ABOTSI qui ajoute que « le constat a été amer de voir les femmes togolaises méconnaissables de leurs droits malgré les efforts du gouvernement et des centres d’accueil des femmes et des jeunes filles. J’en appelle à la prise de conscience pour une égalité du genre ».


Pour le représentant du Maire de Baguida, le DC EDOH Kokou Dodji, ce film typiquement local tourné dans la commune est une grande joie. Il a aucours de la cérémonie de lancement exprimé la reconnaissance du Maire à l’égard du jeune réalisateur et de toute son équipe.
« Entant que modeste Commune que nous sommes, nous avons eu la chance d’accueillir pour la première fois dans l’histoire du Togo notre propre film joué par les jeunes de notre Commune ».

C’est le lieu de rappeler également l’adhésion de la première responsable de l’association Mognon Mognon, très satisfaite et séduite par ce film dont le contenu en dit long sur les violences faites aux femmes. Cette dernière n’a pas manqué d’exprimer sa préoccupation à accompagner le réalisateur et son équipe pour mieux sensibiliser les populations togolaises.
« Ce film est la bienvenue surtout avec la lutte que nous menons aujourd’hui contre les violences faites aux femmes » a soutenu madame Aménuvé EUSEBIO tout en exprimant sa disponibilité à porter le message aux voix les plus autorisées afin d’accompagner les acteurs du film pour une meilleure sensibilisation.


Le jeune réalisateur, natif de Tsévié promet au public togolais un second film baptisé « Djifa » dans les mois à venir si tout allait bien.


En rappel, le film Amégbonovi a été possible grâce à de divers partenaires dont AKAS GROUP, une structure spécialisée dans la construction d’usine et l’automatisation.

La rédaction

By Aristo