• 21 avril 2024 6h34

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

Âgé de 154 ans, Yenhin Dabokou, plus connu sous le surnom de Kada, doyen de l’humanité, a été inhumé ce mercredi 14 février 2024

ByAristo

Fév 15, 2024

C’est avec une profonde tristesse que nous apprenons le décès de Yenhin Dabokou, plus connu sous le surnom de Kada, à l’âge vénérable de 154 ans. Toute la rédaction de « Togo Actualités » et « Miadé Bé Nou » adresse ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de cet homme exceptionnel, qui a marqué de son empreinte le temps qu’il a passé parmi nous.

Après le décès de la Française Lucile Randon à l’âge de 118 ans en début d’année 2023, le titre de « doyenne de l’humanité » a été légué à Maria Branyas Morera, une Espagnole née à San Francisco le 4 mars 1907. Selon les statistiques du monde entier et voila le togolais Yenhin Dabokou, plus connu sous le surnom de Kada, à l’âge vénérable de 154 ans qui il a été inhumé ce mercredi 14 février dans la préfecture de Haho.

HOMMAGE DE LA RÉDACTION DE « Togo Actualités » et « Miadé Bé Nou » au doyen d’age du monde

La perte de l’homme le plus âgé du monde, selon les statistiques des personnes âgées de la planète, est une nouvelle qui nous attriste profondément. Sa longévité exceptionnelle et les leçons de vie qu’il a transmises resteront à jamais gravées dans nos mémoires. Son départ laisse un vide immense, mais son héritage de sagesse et d’expérience perdurera.

En ce jour de deuil, nous nous recueillons avec respect et solennité devant la mémoire de Kada, un homme dont la longévité a été une source d’inspiration pour des générations. Sa vie bien remplie et ses nombreux accomplissements méritent d’être célébrés, tout comme sa bienveillance et sa générosité envers ses proches et sa communauté.

Dans de nombreuses cultures africaines, la perception de la mort va au-delà de simplement voir les ancêtres comme des individus décédés. Au contraire, ils sont considérés comme faisant partie intégrante de la vie quotidienne des vivants, présents dans un monde parallèle et continuant à influencer les affaires du monde terrestre. Le texte en hommage à Yenhin DABOKOU, surnommé Kada, reflète cette croyance en saluant son départ tout en exprimant la conviction qu’il continuera à veiller sur sa famille et ses proches depuis l’au-delà.

Dans de nombreuses traditions africaines, les ancêtres ne sont pas simplement des entités du passé, mais des guides et des protecteurs qui jouent un rôle actif dans la vie des vivants. En les honorant et en leur rendant hommage, on maintient un lien fort entre les générations passées et présentes. Le texte souligne cette connexion en souhaitant que les ancêtres accueillent Kada dans la joie infinie, impliquant ainsi un sens de continuité et de soutien qui transcende la barrière de la mort.

L’importance des ancêtres dans la culture africaine réside dans leur rôle de gardiens de la tradition, de la sagesse et de la mémoire collective. Leur influence se fait sentir à travers les conseils prodigués dans les rêves, les signes de la nature ou les intuitions des vivants. En reconnaissant et en honorant les ancêtres, on s’assure de rester connecté à cette source de sagesse et de force qui guide les pas des générations futures.

Ainsi, le texte en hommage à Yenhin DABOKOU, surnommé Kada, peut être lu comme un acte de respect envers les ancêtres et comme une affirmation de la croyance en leur présence continue parmi les vivants. En souhaitant que Kada repose en paix et en demandant à nos ancêtres de veiller sur nous, il célèbre cette connexion intemporelle qui unit les vivants et les morts dans un tissu de mémoire et d’amour.

Que la lumière accompagne Yenhin Dabokou dans son ultime voyage, et que sa sagesse continue d’illuminer les cœurs de ceux qui l’ont connu et aimé. Puissent nos pensées et nos prières apporter un peu de réconfort à sa famille en ces moments de peine et de recueillement. Que son souvenir reste gravé dans nos cœurs pour l’éternité.

La rédaction

By Aristo