• 18 mai 2024 9h32

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

Changement de la constitution Togolaise: Les OSC appellent à la mobilisation des togolais pour barrer la route à ce pouvoir despotique.

ByAristo

Mai 16, 2024

C’est désormais officiel, le Togo passe à une nouvelle république et franchit un nouveau cap de sa vie institutionnelle. Le Chef de l’État, Faure Essozimna Gnassingbé a procédé ce lundi 06 mai 2024, à la promulgation de la loi portant révision de constitution togolaise.

Ce nouveau texte, une initiative d’une vingtaine de députés au départ, a été étudié et rapidement adopté fin mars, après avoir fait l’objet de nombreuses et vives critiques. Sur demande du président de la République, il a été retourné à l’Assemblée nationale quelques jours plus tard pour finalement être adopté en deuxième lecture le 19 avril dernier, après des explications aux chefs traditionnels déjà à la solde du parti au pouvoir.

Plusieurs partis politiques togolais et groupes de la société civile ont réitéré jeudi leur appel à protester les 12 et 13 avril contre la nouvelle Constitution. Depuis son adoption fin mars, ce texte supprimant le régime présidentiel au profit d’un régime parlementaire suscite une vive controverse que le gouvernement peine à éteindre.

La pression monte au Togo. Plusieurs partis politiques et organisations de la société civile ont renouvelé, jeudi 11 avril, leur appel à manifester, les 12 et 13 avril en passant par la promulgation le 06 mai, contre la nouvelle Constitution qui fait passer le pays d’un régime présidentiel à un régime parlementaire.

Face à la presse nationale et internationale ce 15 mai à Lomé, une vingtaine des OSC disent NON à la nouvelle république. Pour les OSC, ce 4e mandat doit être le dernier. L’alternance est nécessaire et elle sera salvatrice. Elle permettra au Togo de s’ouvrir sur une période de reconstruction nationale et de refondation de ses institutions pour un nouveau départ vers la démocratie et le progrès.

VOICI LA DÉCLARATION LIMINAIRE DES OSC CI-DESSOUS:

DÉCLARATION
Promulgation de la nouvelle constitution, un acte de haute trahison.

Le 06 mai 2024, le Président de la République a pris la décision de promulguer la nouvelle constitution faisant basculer le Togo dans une Ve République. Il a ainsi fait le choix historique grave d’entériner le renversement du régime constitutionnel de la IVe République. C’est un acte de haute trahison, un nouveau coup d’État constitutionnel perpétré par le régime afin de se maintenir et de saper
définitivement les aspirations profondes et légitimes du Peuple, à une alternance démocratique au Togo.

Cet acte est condamné par la Constitution que le Peuple s’est librement donnée en 1992, en son Article 150, disposant que : « Tout renversement du régime constitutionnel est considéré comme un crime imprescriptible contre la nation et sanctionné conformément aux lois de la République ». Le Président de la République, garant des institutions a pourtant fait le serment de défendre les la Constitution. Conformément à l’article 64 il a juré solennellement « Devant Dieu et devant le Peuple, seul détenteur de la souveraineté populaire, de respecter et de défendre la Constitution que le Peuple togolais s’est librement donnée. »

Est-ce donc sa manière de respecter et de défendre la Constitution votée par référendum par le Peuple souverain en 1992 ? Est-ce sa manière de respecter la Constitution en soutenant cette entreprise illégale et illégitime ? Est-ce sa manière de respecter le Peuple souverain en refusant de lui divulguer jusqu’à ce jour, les termes de ce nouveau contrat social? Est-ce sa manière de respecter la Nation togolaise en étant le bénéficiaire exclusif de cette imposture qui consacre la patrimonialisation et la monarchisation du pouvoir ? Jusqu’à preuve du contraire, le Peuple souverain a fait le choix d’un État républicain au seuil de son indépendance.

Le peuple Togolais n’a pas fait le choix d’une monarchie, fusse-t-elle une « monarchie républicaine ».

Le peuple Togolais mettra tout en œuvre pour que la forme républicaine de l’État ne puisse faire l’objet d’aucune révision, comme il est dit dans l’article 144 de la Constitution.

Chers concitoyens, le 06 mai 2024, le Président de la République a posé un acte grave de trahison contre la Nation togolaise. La peur d’une fin annoncée pour un régime séculaire, la volonté de contourner la disposition limitant les mandats et le dessein de se maintenir au pouvoir indéfiniment, ont conduit le Chef de l’État à manipuler les institutions de la République par :

  • des élections législatives et régionales hautement frauduleuses avec à la clé un score à la soviétique et un parlement unipolaire, aux antipodes des standards d’une vraie démocratie parlementaire qui garantirait une vraie représentativité aux différentes sensibilités politiques ;
  • et ensuite et surtout, un changement abusif et intempestif de la Constitution que le Peuple souverain s’est librement donnée.

Ces actes démontrent une fois encore la nature de ce régime. Une dictature sombre qui a atteint ses limites dans sa capacité à conduire notre Nation et à la servir dans l’unité. Facteur de désunion, d’altération de la cohésion nationale, sa mauvaise gouvernance a tout terni : saviez-vous qu’en 2023, l’indice de perception de la corruption était de 69 points, plaçant le Togo au 129e rang mondial alors que le Bénin, après un bond qualitatif, occupait la 70e place mondiale, soit 59 places devant le Togo ? Pourtant en 2012, le Chef de l’État avait dénoncé je cite « la plus forte des injustices qu’est le développement inégalitaire, lorsque le plus petit nombre accapare les ressources au détriment du plus grand nombre. Alors s’instaure un déséquilibre nuisible qui menace jusqu’en ses tréfonds la démocratie
et le progrès ». En 2012, au moment de cette déclaration, le Togo totalisait 70 points. Onze années plus tard, la lutte contre la corruption a permis de gagner… 1 misérable petit point. Une gouvernance au service du plus petit nombre, on comprend dès lors que tout soit mis en place par les tenants de ce système pour maintenir privilèges et avantages indus au détriment des intérêts du Peuple souverain.

Aujourd’hui ce régime menace jusqu’en ses tréfonds la démocratie, le progrès, le vivre ensemble, la justice, la liberté d’expression, l’avenir de la jeunesse, le bienêtre et la santé des populations, l’éducation des enfants, les droits des travailleurs, la vie des citoyens au Togo et dans la diaspora, le panier de la ménagère. Les périodes interminables de délestage ne sont qu’une infime illustration de son échec à construire une nation émergente. Bref, il a échoué dans la construction d’une Nation unie et prospère. De surcroit, il veut s’incruster de manière définitive à la tête de notre pays et c’est inacceptable.

Chers frères et sœurs, seuls artisans de notre bonheur ainsi que de notre avenir, brisons partout les chaines de la traitrise. Œuvrons ensemble partout au Togo et dans la diaspora. Organisons-nous, sensibilisons les opinions, renforçons-nous, activons nos réseaux, mobilisons activement les ressources indispensables à la victoire. Barrons la route à ce pouvoir despotique qui compte sur l’érosion
progressive de la contestation et qui parie sur l’épuisement du Peuple préoccupé par sa survie quotidienne, pour continuer de creuser impunément son sillon destructeur des droits et libertés. Ce pouvoir se trompe lourdement car le Peuple vaillant et debout, se mettra en marche résolument contre cette tyrannie le moment venu, comme en 1958, en 1990, en 2012 ou en 2017.

Chers frères et sœurs, seuls artisans de notre bonheur ainsi que de notre avenir, œuvrons ensemble pour préparer le Togo à l’alternance car, ce 4e mandat doit être le dernier. L’alternance est nécessaire et elle sera salvatrice. Elle permettra au Togo de s’ouvrir sur une période de reconstruction nationale et de refondation de ses institutions pour un nouveau départ vers la démocratie et le progrès.

Pour soutenir cette perspective, retrouvons-nous ensemble en un gigantesque meeting populaire le dimanche 26 mai 2024 à Lomé. Tout en remerciant très sincèrement les centaines de citoyens mobilisés lors du meeting du 05 mai à Bè Kodjindji, nous appelons le peuple, spécialement la Jeunesse à se mobiliser davantage le dimanche 26 mai pour démontrer la volonté farouche de changement. Sortons de nos maisons, de nos quartiers et de nos lieux de culte et soyons encore plus nombreux à ce meeting pour dire STOP à cette honteuse machination contre le Peuple togolais.

Nous appelons toutes les forces vives, à se préparer pour une grande mobilisation : tous ensemble dans les rues, bientôt, pour dire NON à ce nouveau coup d’État contre notre Nation.

Vive l’alternance au Togo, vive la démocratie, vive le Peuple togolais.

Lomé, le 15 mai 2024
Ont signé :
AJAAH – Solidarité Planétaire/BT – AJECED – ABEJ – AIAPED – ATDH – MMLK – REJADD – DRPDPS –
Nouveau Citoyen – Veille Citoyenne – FONDESC – Femmes Pyramide – FDCI – CTSD/BT – Novation
Internationale – MO5 – Synergie Togo – Tournons La Page-Togo – FC Togo Debou

By Aristo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *