• 22 juillet 2024 11h54

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

Découpage électoral/Constitution et Lois de la République: L’ANC appelle à éliminer les disparités et mettre fin aux violations

ByAristo

Nov 19, 2023

L’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) n’en démord pas. Elle continue son travail d’alerte et d’éveil de conscience.

En conférence de presse le mercredi 08 novembre 2023 à son siège à Lomé le parti attire une fois de plus, l’attention du pouvoir en place, des acteurs politiques et de la société civile ainsi que des populations sur les dangers qui guettent le Togo, si on n’arrivait pas à éliminer « les disparités et incohérences grossières » contenues dans le découpage électoral, à redresser les travers des institutions de la République impliquées dans le processus électoral et à mettre fin aux violations systématiques de la Constitution et des lois.

Selon l’ANC «le découpage électoral actuellement en vigueur pour les élections législatives, n’assure nullement aux Togolais, ni l’égalité des droits, ni l’égalité du suffrage ni même l’égalité en dignité. Il avantage ou désavantage les communautés nationales suivant les intérêts du régime en place.

Il est une violation grave des dispositions constitutionnelles précitées ». D’après le document technique et scientifique présenté par le parti orange, il en ressort que « la Région Maritime, avec 3 534 991 habitants représentant 44% de la population, est dotée de 25 sièges, soit 27,5% des députés, ce qui donne 1 député pour 141 399 habitants alors que la Région des Plateaux avec 1 635 946 habitants représentant 20% de la population se voit attribuer également 25 sièges soit 27,5% des députés, ce qui donne 1 député pour 65 419 habitants.

Ainsi, la Région des Plateaux avec moins de la moitié de la population de la Région Maritime a le même nombre de députés que cette dernière. La Région de la Kara avec 985 512 habitants soit 12% de la population globale a 17 sièges de députés à l’Assemblée Nationale, soit 1 député pour 57 971 habitants, pendant que la Région des Savanes avec 1 143 520 habitants soit 14% de la population n’a que 12 sièges de députés, soit 1 député pour 95 293 habitants ; la Région Centrale avec 795 529 habitants représentant 10% de la population totale a également 12 sièges soit 13% des députés soit 1 député pour 66 294 habitants, tout comme la Région des Savanes largement plus peuplée ».

Pour Jean-Pierre Fabre, Président National de l’ANC, « le découpage électoral actuellement en vigueur consacre la pratique anticonstitutionnelle et antidémocratique de l’inégalité des suffrages, au lieu de veiller à ce que les populations togolaises, dans les Régions et Préfectures, soient représentées de manière équitable à l’Assemblée Nationale. On ne peut pas comprendre qu’il y ait des Togolais de diverses catégories, c’est comme si les Togolais n’étaient pas égaux ». Par conséquent, l’ANC exige que le Togo s’affranchisse du carcan des mauvaises pratiques électorales.

Le parti peste également contre l’illégalité absolue dans laquelle baignent actuellement les institutions impliquées dans le processus électoral en cours à savoir : la Cour Constitutionnelle, la HAAC, la CENI, la Cour Suprême et l’Assemblée Nationale, et appelle à leur renouvellement pour mettre fin à toutes les violations de la Constitution et des Lois. L’ANC trouve scandaleux, l’amplification du folklore par le régime de Faure Gnassingbé qui, au lieu, de continuer sa fuite en avant à travers un activisme forcené, la multiplication des sommets internationaux au Togo, des déplacements à l’extérieur…

Pour ripoliner son image ; gagnerait beaucoup en mettant fin à l’impunité, aux crimes économiques et politiques.

Pour la reconquête de la dignité, de l’indépendance et de la souveraineté de notre pays, pour la construction d’un Etat de droit respectueux des droits et libertés des citoyens pour un retour aux bonnes pratiques de gouvernance qui garantissent une croissance saine et un développement partagé, l’ANC réitère son appel à la mobilisation car le Togo ne peut pas se développer si les populations ne se lèvent pas.

Source: Journal ‹‹ Le Correcteur ››

By Aristo