• 21 février 2024 13h53

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

Élection à la FTF: A quoi joue la Commission électorale ?

ByAristo

Déc 30, 2023

La Fédération Togolaise de Football devait renouveler ses instances le 3 février 2024.Conformément au chronogramme, la Commission Électorale devait rendre publique la liste des candidats le 24 décembre 2023.Mais le processus semble prendre de l’eau après le retrait du Président sortant Guy Kossi Akpovy.

En effet, après la clôture du dépôt des candidatures le 19 décembre, la Commission Electorale Indépendante (CEI) a enregistré deux listes : « Nouvel Élan » du Président Akpovy et « Ensemble pour le football » de Tètè Amouzou. Mais juste le lendemain, la volonté du 3ème mandat d’Akpovy a tourné court. Dans un courrier ayant pour objet « retrait de la liste Nouvel Élan » adressé à la CEI, il a annoncé se retirer de la course pour des « raisons personnelles ». Selon certaines sources, il n’aurait plus la caution de ceux qui l’ont fait venir en 2016.

Depuis lors, on assiste à des contorsions les plus risibles pour le maintien de la liste Nouvel An sans tête de liste. Des sources bien renseignées indiquent que le Président de la CEI Me Darius Atsoo et certains membres étaient en visio-conférence le samedi 23 décembre 2023 pour se plancher sur le cas de la liste Nouvel. Sur les sept membres de la Commission, quatre ont pu effectivement participer à la réunion en l’occurrence le Président Darius ATSOO, le Vice -Président Mathurin ATINTO, le Secrétaire Mawussé KPOWAYE et le Jurisconsulte Dodji GBADOE. La liste Nouvel Élan peut-elle continuer la course ? La question a divisé les membres. Il y a eu deux voix pour et deux contre. Ceux qui sont contre invoquent l’article 11-6 des statuts de la FTF qui stipule « En cas de retrait du candidat pour le poste de Président de la FTF, pour une raison quelconque, après le délai du dépôt des listes de candidatures (après le délai pour compléter le dossier) ou en cas d’invalidation de sa candidature par la Commission électorale (et par la Commission de recours en matière électorale), la liste en question sera automatiquement invalidée ». Bien plus, ils ajoutent que les parrainages étant accordés à la tête de la liste, le départ d’Akpovy entraine l’annulation de cette liste.

Quant à ceux qui sont pour, la liste peut être complétée et à cet effet le Président aurait même saisi les membres restants de la liste pour se trouver une nouvelle tête. Une position qui interroge sur l’intégrité du processus électoral.
La seconde liste, celle de Tètè Amouzou n’a pas pu obtenir les parrainages nécessaires puisque la liste amputée d’Akpovy en a pris douze en D1 et dix en D2. En l’état actuel, la relance du processus semble la porte de sortie plausible.
La Commission électorale qui « est responsable de l’ensemble des tâches relatives à l’organisation, au déroulement et à la supervision du Congrès électif. Elle est notamment responsable : a) de la stricte application des Statuts, Règlements et directives de la FTF ; b) de la stricte application des Statuts, Règlements et directives de la FIFA ainsi que des directives de la CAF ; c) de la stricte application du Code électoral de la FTF ; d) de la stricte application des délais statutaires prescrits pour les aux élections {…} conformément à son article 7 doit plutôt œuvrer pour la régularité et l’intégrité du processus.

Aux dernières nouvelles, plusieurs scénarios les plus rocambolesques sont évoqués dont la possibilité du retour du Colonel Akpovy dans la course dans un processus complètement sorti de la route.

La CEI va-t-elle céder aux sirènes de violations des textes ?

Source: Journal « Le Correcteur », Xavier Nono

By Aristo