• 23 juillet 2024 0h19

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

En finir avec l’élevage en milieu urbain

ByAristo

Fév 12, 2024

L’élevage en milieu urbain, avec ce qu’il occasionne d’insécurité routière et d’insalubrité, est un phénomène qui enlaidit le visage de Lomé et de sa périphérie.

Des troupeaux de moutons en errance, qui envahissent à tout-va la circulation, des poules qui arrivent sans crier gare sur une route, on en voit aujourd’hui certes peu sur les grandes voies de la capitale, mais on ne peut pas en dire autant pour ce qui est des quartiers où les usagers sont des fois pris à partie pour avoir écrasé malgré eux une volaille ou un mammifère. Certains éleveurs n’ont jusqu’ici pas compris qu’il est de leur responsabilité de garder avec eux leur bétail, et que la place des animaux est dans les étables, non pas dans les rues.

La divagation des animaux domestiques sur la voie publique est interdite sur le papier depuis 1987, si l’on en croit l’arrêté n°125/87/INT du 29 octobre 1987 relatif à la salubrité, à la propreté et à la divagation des animaux domestiques dans les villes et autres agglomérations. Mais rien n’est respecté sur le terrain. Les communes doivent mener une opération de sensibilisation devant mettre un terme à ces actes inciviques.

 Au Burkina Faso, la Direction de police de la salubrité et de la tranquillité urbaine (DPSTU) de la police municipale a de son côté pris le taureau par les cornes, en procédant le 2 août 2023 à la saisie des animaux en divagation ou en violation des prescriptions en matière d’hygiène et de salubrité. Avec à la clé une prise d’environ 350 têtes d’animaux composés d’ovins et de caprins.

 L’idée n’est pas de pousser les autorités d’ici à en venir à la même extrémité, mais il conviendrait qu’une sensibilisation soutenue ferait bouger les lignes.

Source : Journal « Le Correcteur »

By Aristo