• 21 avril 2024 5h16

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

« L’assemblée nationale actuelle n’a plus le pouvoir de modifier la constitution togolaise » Dixit professeur Komi WOLOU

ByAristo

Mar 20, 2024

La situation décrite par le professeur Komi WOLOU est complexe et soulève des questions importantes concernant le processus de révision constitutionnelle au Togo. Lorsque le mandat des députés prend fin, il est contestable de leur accorder le pouvoir de modifier la constitution, car ils pourraient être tentés de faire des changements qui serviraient leurs intérêts personnels ou politiques, au détriment de l’intérêt général.

Une révision constitutionnelle effectuée par des députés en fin de mandat peut présenter des aspects négatifs. Tout d’abord, cela peut ouvrir la voie à des modifications précipitées ou partisanes de la loi fondamentale, sans une réflexion approfondie et un large consensus au sein de la population. En outre, cela risque de fragiliser la légitimité de ces changements et de la nouvelle constitution aux yeux du peuple togolais, car ils pourraient être perçus comme antidémocratiques ou manipulatoires.

Il est essentiel de respecter les principes démocratiques et de bonne gouvernance dans tout processus de révision constitutionnelle, en assurant la transparence, la participation citoyenne et le respect des échéances électorales. Les députés en fin de mandat doivent donc agir avec responsabilité et mettre l’intérêt général au-dessus de leurs intérêts personnels ou politiques pour garantir la stabilité politique et institutionnelle du pays.

L’article 146 de la Constitution togolaise est un élément crucial qui traite des conditions et des procédures de révision de la Constitution. Il est essentiel de comprendre que la révision constitutionnelle est un processus important qui peut avoir des implications majeures sur la gouvernance et l’organisation d’un pays. En indiquant les modalités de révision de la Constitution, cet article vise à encadrer et à réguler tout changement fondamental qui pourrait être apporté à la loi fondamentale du Togo.

Dans le contexte actuel où l’Assemblée nationale semble avoir perdu certaines de ses compétences en raison de la fin des mandats des députés, il est d’autant plus crucial de se pencher sur l’article 146 pour comprendre les mécanismes en place pour toute éventuelle révision constitutionnelle. Les dispositions de cet article peuvent influencer la manière dont les divers acteurs politiques et la société togolaise dans son ensemble interagissent avec le processus de révision de la Constitution.

Il est important que tous les citoyens togolais soient conscients des dispositions de l’article 146 de la Constitution et comprennent son importance pour le fonctionnement démocratique du pays. En se basant sur les termes de cet article, il est essentiel de promouvoir un dialogue constructif et un engagement citoyen pour garantir que toute révision constitutionnelle soit menée de manière transparente, inclusive et conforme aux principes démocratiques.

La rédaction

By Aristo