• 13 juin 2024 6h26

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

Promulgation de la nouvelle constitution: Un acte de “haute trahison” envers le peuple togolais

ByAristo

Mai 24, 2024

La société civile togolaise maintient sa mobilisation contre le changement constitutionnel. Lors d’une conférence de presse à Lomé le mercredi 15 mai 2024, plusieurs organisations, dont le Front Citoyen Togo Debout (FCTD), le Mouvement Martin Luther King (MMLK), Synergie Togo, le Fonds de Solidarité pour la Promotion des Droits Syndicaux, Humains et le Développement Économique, Social et Culturel (FONDESC), Femmes Pyramide et Veille Citoyenne, ont réaffirmé leur opposition à l’adoption de la nouvelle Constitution instaurant un régime parlementaire dans le pays.


Elles appellent de nouveau à une mobilisation massive le 26 mai prochain.
Ces organisations rejettent fermement la nouvelle constitution qu’elles considèrent comme une « supercherie » et un acte de « haute trahison » de la part du Chef de l’État envers le peuple togolais.
Le Professeur David Dosseh, porte-parole du FCTD, a souligné : « Lorsque vous modifiez la Constitution sans consulter le peuple et sans transparence sur le contenu de la nouvelle Constitution, le peuple s’attend à ce que celui qui est garant des institutions, qui a juré solennellement de respecter et de défendre la Constitution joue son rôle de gardien, de défenseur de la Constitution. Et lorsque malheureusement celui-là décide malheureusement de promulguer cette nouvelle Constitution adoptée dans ces conditions, c’est extrêmement grave. C’est un acte de haute trahison envers le peuple togolais”.

Les OSC réitèrent donc leur appel à la mobilisation le 26 mai pour échanger avec la population sur les événements récents à l’Assemblée Nationale et exprimer leur opposition à cette nouvelle Constitution, qualifiée de « crime contre la nation togolaise ».
Pour ces OSC, ce quatrième (4e) mandat de Faure Gnassingbé doit être le dernier et elles mettront tout en œuvre pour qu’il en soit ainsi.
« Nous devons tout faire pour que ce quatrième mandat soit le dernier. L’alternance démocratique doit devenir une réalité au Togo. Nous devons nous unir pour ouvrir la voie à de nouvelles institutions et bâtir une nation solidaire et prospère », a ajouté le Professeur Dosseh.
Il convient de rappeler que ces OSC avaient déjà organisé un premier rassemblement sur le sujet le 5 mai dernier à Bè Kondjindji à Lomé. Un meeting qui avait mobilisé des centaines de Togolais venus de différentes localités du grand Lomé.

Source: Journal « Le Correcteur », Joël D.

By Aristo