• 18 mai 2024 17h37

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

Sommet des leaders mondiaux sur l’investissement : L’État stratège, la nouvelle lubie du chef de l’État

ByAristo

Oct 30, 2023

Le sommet des leaders mondiaux sur l’investissement a tenu toutes ses promesses du 16 au 20 octobre 2023 à Abu Dhabi aux Émirats Arabes Unis.

Avec Faure Gnassingbé comme invité d’honneur, ce dernier a, selon la Présidence de la République Togolaise, partagé avec ses pairs et le monde des affaires « sa vision d’un État stratège qui permettra de relever les défis du développement durable et la consolidation de la résilience des populations» . « Le cœur de mon propos aujourd’hui concerne à moyen terme le rôle de l’État que j’appellerai stratège. C’est le travail de fond sur le rôle de l’État qui, à l’horizon 2030, nous permettra de pleinement réaliser les ambitions d’investissement et par des partenariats public-privé » a martelé un Faure Gnassingbé qui ne pouvait pas ne pas ne pas faire mention de sa sacro sainte Feuille de route gouvernementale qui a selon lui « permis l’avènement d’un partenariat fructueux avec le secteur privé pour le développement d’une plateforme industrielle dans la banlieue nord de Lomé, la capitale ».

De là à faire le lien entre paix et stabilité, il n’y a eu qu’un pas que le prince togolais a vite fait de franchir. Nous voilà rassurés du fait que le fils de Gnassingbé Eyadema propose aujourd’hui un nouveau mode de gouvernance tout droit sorti de son imagination. Un auteur de polar ne ferait pas mieux. On retrouve les éléments de langage qui sont les siens propres : paix, sécurité, investissement, partenariat public-privé, feuille de route gouvernementale…et pour couronner le tout, l’État stratège, trouvaille qui fera date. Faut croire que l’homme est juste bon à créer des formules sans réel impact sur le vécu des masses. On se croirait presque au temps béni du mandat social vendu aux Togolais comme la panacée de tous leurs maux.

Bientôt dix ans que ce mandat trop vendu a été mis en place, mais ce mandat social, qui a nécessité la création du Plan National de Développement, qui lui-même s’est éclipsé au profit donc de la Feuille de route gouvernementale, n’aura finalement servi de rien aux citoyens plus appauvris qu’ils ne l’étaient avant la mise en place de ces machins destinés à enrichir davantage une minorité jamais repue, jamais rassasiée.

L’État stratège, ce qu’il ne faut pas entendre !

Source : Journal « Le Correcteur »

By Aristo