• 22 juillet 2024 18h24

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

La Banque mondiale, entre transigeance et légèreté

ByAristo

Oct 3, 2022

Le 22 septembre dernier, le chef de l’État, Faure Gnassingbé a reçu Fily Sissoko, le nouveau Représentant Résident de la Banque mondiale. Au menu des échanges, l’accélération de l’accès aux infrastructures de base et appuyer le développement du capital humain.

A l’avenir, le Togo va ainsi bénéficier d’une enveloppe supplémentaire estimée à 1 milliard de dollars. « Avec les efforts importants que le Togo a faits ces dernières années, nous avons un portefeuille qui a quadruplé, et est passé aujourd’hui à près de 900 millions $ dans divers secteurs », a déclaré l’hôte du président togolais, ajoutant : « Les années à venir, nous comptons augmenter cette enveloppe avec un financement entre 800 millions $ et 1 milliard $, pour accélérer la mise en œuvre de la feuille de route du gouvernement, dans les domaines-clés de la protection sociale, pour aider les populations les plus vulnérables ». C’est sans surprise que le fils de Gnassingbé Eyadema s’est félicité de ce soutien, lui qui a mis son point d’honneur à mettre en œuvre de la Feuille de route gouvernementale Togo 2025.

La seule gêne est que la Banque mondiale, une institution censée demeurer intransigeant quant au développement des populations à la base, est tombée dans le panneau que représente la nouvelle trouvaille baptisée Feuille de route gouvernementale Togo 2025. A croire que la Banque mondiale est née de la dernière pluie.

La fameuse Feuille de route gouvernementale Togo 2025 n’est que l’une des faces d’une même médaille conçue par un système qui joue avec le destin de tout un pays dont des populations continuent de vivre sous le seuil de la pauvreté. Que sont devenus le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC), la Stratégie de croissance accélérée pour la promotion de l’emploi (SCAPE), le Document complet de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP) ou encore le Plan national de développement (PND) dont plus personne ne sait aujourd’hui ce qu’il en reste, après le tintamarre qui a entouré son avènement ? Aujourd’hui, le PND a fait place à la Feuille de route gouvernementale Togo 2025. Demain, quand cette Feuille aura montré toutes ses limites, le prince sortira de son chapeau de prestidigitateur un autre numéro de charme sans tête ni queue juste pour rallonger un pouvoir qu’il n’a pas vraiment envie de quitter.

Augmenter l’enveloppe du financement d’un pays dont le gouvernement n’a que faire de son développement, il faut avoir bu toute honte pour oser le faire. En cela, l’institution de Bretton Woods a bien joué.

By Aristo