• 18 mai 2024 16h51

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

Togo, le Changement de l’ancien format du certificat de nationalité par le nouveau : Un véritable ‹‹ chemin de croix ›› pour les populations

ByAristo

Nov 10, 2023

Au Togo, changer l’ancien format du certificat de nationalité par le nouveau, c’est un véritable calvaire. Du dépôt de dossier à l’obtention de ce nouveau sésame, c’est de la mer à boire pour les populations. En dépit de la digitalisation de la Direction du Sceau, de la Nationalité et de l’Identité Civile (DSNIC) afin de réduire le temps de délivrance de ce document, son obtention reste toujours la croix et la bannière.

Digitalisation de la DSNIC

C’est le 19 janvier 2023 que le Garde des sceaux, ministre de la Justice et de la Législation, Puis Kokouvi Agbetomey, a lancé la plateforme digitalisée de demande des duplicatas du certificat de nationalité togolaise, d’une part, et de suivi du traitement en ligne du certificat mère, de l’autre. A l’époque, il a été déclaré que cette nouvelle procédure aura à faciliter la délivrance des duplicatas ce qui permettra aux demandeurs de ne plus se déplacer et attendre longtemps dans la queue pour obtenir ledit document.

Dans la foulée, le ministre Agbetomey a rassuré les demandeurs des efforts engagés par le gouvernement pour les satisfaire en un délai réduit après le dépôt de dossier. Pour cela, le ministre a invité tous les togolais détenteurs de l’ancien format du certificat de nationalité à se faire établir le nouveau parce que, selon lui, << à l’avenir, seuls les nouveaux formats du certificat de nationalité seront valables dans la constitution des dossiers >>.

Digitalisation de la DSNIC, le pire calvaire

Tout porte à croire que la digitalisation de la DSNIC a davantage rallongé le délai de traitement relatif au changement de l’ancien format du certificat de nationalité par le nouveau. C’est le sentiment général qui se dégage après les enquêtes diligentées par notre rédaction. De sources sûres, pour changer l’ancien format du certificat de nationalité par le nouveau tel que souhaité par le ministre Agbetomey, c’est tout un parcours de combattant.

A preuve, pour le dépôt de dossier aux jours indiqués, il faut se lever très tôt pour se tailler une place devant te permettre de faire le dépôt avant l’heure de la clôture puisque les agents de la DSNIC affichent au quotidien une nonchalance déconcertante. Passée l’étape de dépôt de dossier, habituellement, le retrait du document est fixé après pratiquement six (6) semaines. Malheureusement, il est établi que le document ne sera jamais produit à la date indiquée sur le reçu du retrait.

A contrario, le jour du retrait, un nouveau rendez-vous qui peut aller à deux (2) semaines sera fixé au demandeur. Pis, ce n’est pas aussi certain que le document sera produit et remis à ce 2e rendez-vous de retrait. Au final, il est clair que le délai minimum pour obtenir le nouveau format du certificat de nationalité contre le nouveau après le dépôt est de douze (12) semaines soit trois (3) mois ce qui n’était visiblement pas le cas pour l’obtention de l’ancien format. La question est de savoir si, pour changer l’ancien format du certificat de nationalité par le nouveau, les togolais doivent encore subir les mêmes peines, quelle est alors l’utilité de la digitalisation de la DSNIC tant chantée. C’est à croire que les efforts engagés par le gouvernement afin de réduire le délai de traitement de ce document sont une fois de plus de la poudre aux yeux.

Ce qui choque le plus : à cause de la lenteur de la DSNIC, les demandeurs du nouveau format du certificat de nationalité contre l’ancien doivent attendre trois (3) mois pour l’avoir afin de constituer leur dossier soit pour la carte d’identité nationale soit pour le passeport, entre autres. Il urge que la directrice de la DSNIC, Kobauyah Tchamdja Kpatcha, prenne ses responsabilités si tant est que la digitalisation de sa direction a pour finalité de faciliter la délivrance de ce nouveau document. Trop c’est trop !

La rédaction

By Aristo