• 22 juillet 2024 15h39

Miadé Bé Nou

Traditions, Cultures ancestrales et Actualités du Togo, d'Afrique et du Monde

YAYA kinmabla kinmabla Yaya: ‹‹ Demain n’existe pas, il faut AGIR maintenant, parler et se libérer. ››

ByAristo

Juin 24, 2023

Si mes écrits sur nos réalités africaine qui nous ruinent quotidiennement dans le silence, dans l’indifférence et plus que le FCFA, la traite négrière…, vous dérangent, alors je voudrais vous rassurer que ce n’est pas contre votre propre personne.

Je pourrais dire objectivement que vous en particulier, vous êtes de la catégorie des Noirs gentiles, des Anges sans tache et vous n’avez rien à vous reprocher sur cette terre. Dans ce cas accusez les autres, ces blancs. Cependant moi, j’ endosse la civilisationnelle responsabilité d’être une icône du mal, la Star des béninois méchants.

Ça ne me gêne plus de scruter les détails des choses. C’est vrai que ça tue à cause de l’égo et de l’obscurantisme. Mais ça ne tuera que moi certainement encore que personne ne restera éternel. Puisque j’appartiens à cette société Béninoise qui m’a vu naître et grandir, qui m’a fait et vous a tous fait. C’est le fait social. On va finir par se rejoindre et se mirer comme les vrais jumeaux. Je crois en la diversité, en la capacité des uns pourvus du vrai, du beau et, des autres naturellement dépourvus de bon sens, de moralité et de jugeote. Certains ont l’amour du Mal et d’autres l’amour du bien, tous pourtant provenant ou non des mêmes scénarios de vie et élevés dans les mêmes conditions. C’est ça le mystère de la diversité. Aussi que face à la versatilité humaine, nous alternons les faces, leur double et les recoins sphériques de nos pensées, compte tenu des situations, du karma et de la trajectoire.

Nous sommes intelligents dans tous les cas et nous la manipulons à notre guise. Mais pour quelle portée et quel défi au-delà de nous-mêmes ?

Il faut savoir se construire et construire au-delà de soi. Et c’est ça qui fait la société. Du cou, la société est le reflet de l’existence dans sa dynamique commune. C’est pour cela qu’il devient difficile de croire en l’existence des gens biens, si le malaise domine le bien, la morale dans l’espace public. Si vous êtes bien, vous vous sentez parfait, plus que parfait que les autres et que votre société se noie dans le Mal, la perception humaine ou planétaire ne viendra pas vous particulariser au milieu du Mal pour vous décerner le palme du bien. La seule source du bien dans un territoire donné doit conduire l’ensemble vers la tendance du bien. Car la société a besoin d’effigie, de marque et de repère. On peut pas être bien en soi pendant que le Mal rôde autour. C’est une illusion. L’illusion du salut individuel. C’est pour cela qu’il faut se battre pour dénoncer le Mal mais surtout AGIR pour contraindre le Mal, les mauvaises pratiques chez soi jusqu’à leur dernier retranchement. D’ailleurs, le Mal n’a jamais de camp. Ça reste une toupie corrosive. Quand elle va faire le tour il reviendra sévir et emporter aussi ceux qui semblaient épargnés. Il faut toujours combattre le Mal d’où qu’il vienne.

Il va s’en dire qu’au Bénin, si les tendances vont vers le Mal domestique, nous sommes donc partenaires et tous dans cette tendance. La société des perceptions n’a pas le temps pour les particularités, les détails et les exceptions. D’où le principe général de l’exception qui confirme la règle.

Ne vous offusquez donc pas de mes écrits qui ne vont pas cessé avant mon départ dans le monde du silence. Gobez les malgré vous. Le silence ne construit que la spiritualité de soi, l’équilibre intérieur et se contente de l’illusion du temps. Ça ne construit pas une société dynamique.

D’ailleurs, je n’ai indexé personne. Le général Mathieu Kérékou n’avait indexé personne en traitant les intellectuels Béninois et africains sans exception de tarés. Il a pourtant travaillé avec eux sans interruption durant 17 ans, 1 an puis 10 ans sans démissionner. Et puisque personne n’est concerné directement, ça n’a fait mal à personne. Je ne sais pas pourquoi mes thématiques semblent déranger. Est-ce peut-être parce que je ne suis ni dirigeant, ni prophète d’église, ni imam, ni star mondain que je ne bénéficie pas de cette considération hypocrite ?

L’actuel Président du Bénin, son Excellence Patrice Athanase Guillaume Talon est allé dire publiquement en France que le Bénin est un désert de compétences. Ça ne vous dit rien ? Quelles étaient vos ressentis suite à ces déclarations officielles des représentants de peuple, vos représentants avec qui vous avez soi directement ou indirectement des relations ? Moi je ne suis qu’une goutte de pipi dans l’océan. Souffrez-en et passez de l’éther sur les points sensibles.

Chers vivants, si vous ne parlez pas maintenant, vous allez parler quand ?

Le silence sur les méfaits est-il préférable que de les décanter, les analyser, les pointer et les vider ? Depuis quand est-ce que le silence a remplacé le dialogue, la parole, le verbe, la lumière, la libération et la rupture ? Nous disposons d’une éternité pour nous taire sur nos maux, faits et mefaits. Il s’agit du passage de l’étape d’esprit à la naissance via les gamètes. Puis le passage de la fin de vie à trépas. Que peuvent dire tous ces morts sur la réalité des vivants ? Ils peuvent encore apporter quoi si ce n’est pas l’illusion de L’ancestralité, le culte de la mort ? Ils sont morts et nous mourrons tous pour le silence éternel. Maintenant ce bref temps imprévisible de vie où l’on a à raconter l’histoire de son passage, vous vous érigez pour éteindre l’expression dans un vivant parlant.

Qu’est-ce qui pourrait vous indigner ? Le choc de la vérité, le mensonge diffusé ou la pensée inédite ? Mais écrivez aussi et argumentez pour contredire. C’est l’exercice auquel on a été pétri depuis la maternelle. Thèse antithèse et synthèse.

Notre Bref passage sur terre est connu. Personne ne s’en sortira vivant. Il est toujours coincé entre deux mondes totalement silencieux.
La mort ne prévient pas. Je vous invite donc à vous vider entièrement avant votre départ. Allez… Parlez et libérez vous pour ne pas retourner au ciel avec une économie de parole, des sujets non vidés. Vous n’en n’aurez certainement pas besoin pour votre séjour dans l’au-delà. Parler, c’est du règne du vivant. Que ça gêne ou pas, c’est du piment et de l’assaisonnement.

YAYA kinmabla kinmabla Yaya

By Aristo